La perfection de Dieu en Dieu

Un chemin urgent vers la Jérusalem Céleste

Le Sacrement de Mariage
Le Baptême
Le sacrement de Pénitence
L'Eucharistie
La Sainte Communion
L'Extrême Onction

Je m’offre sans réserve,
comme petite brique pour
construire votre Jérusalem Céleste,
O, Arche Apocalyptique, Marie
Notre Mère, Secours des Chrétiens,
priez pour nous.
Amen

Préambule

«Dieu créa  toute chose selon le nombre, le poids et la mesure.» Sg.XI 21

Comme il est étrange et triste à la fois de considérer notre société comme une foule abimée en troupeau stérilisé et amorphe. Où sont les guides et les prêtres sacrés d’autrefois ?

 

Pourquoi une telle obstination à détruire la mémoire de l’homme à la fois historique et sacrée ?
 

Cela est si simple à comprendre. Il faut détruire la part de Dieu en l’homme par tous les moyens et lui faire vivre un total acquiescement à la formule : l’homme, le système, l’intelligence artificielle, qui doivent créer l’homme pour l’homme. Et ceci sans plus aucune référence autre que celle de l’illusion d’un monde futur bâti sur les chimères et les dieux : le sexe, l’argent, le profit et l’oubli de mon prochain à mon profit immédiat et sans futur.
 

Le système qui tente de s’instaurer désire casser les codes à tout prix, changer les lois de la nature, celles du divin, celles de la Création. Réveillons-nous car il faut empêcher à tout prix que soient détruites dans sa réelle destination, la parole, l’écriture, l’harmonique d’un rythme musical, bref toute forme de mémoire.

 

Exemples

La peau
 

Cette enveloppe  renferme la révélation même du Verbe Divin. C’est comme un sac qui protège mais qui hélas peut se retrouver loin de sa représentation initiale. En effet, il faut aujourd’hui paraître, séduire, réaliser des opérations esthétiques, bref oublier ce à quoi la peau correspond. Elle qui est messagère de la mémoire du péché originel et porteuse de nos sens. Or, nos sens ont été détournés de leur fonction première. Nos sens se sont pervertis dans les châteaux de la séduction. Vue, goût, voix, contact physique. Un seul mot d’ordre : toujours paraître pour que nous ne sachions plus qui nous sommes.
 

Le langage
 

Le système actuel s’évertue à pervertir le langage humain pour que l’intelligence humaine soit exposée aux erreurs d’interprétation. Un jour de me suis décidé à arrêter de donner cours dans les Hautes Écoles. Il ne m’était plus possible de me faire comprendre au niveau de la symbolique des mots. Une preuve gravissime de plus que tout est fait autour de nous pour nous amener à perdre la transmission de la Révélation Divine.
 

La Mémoire

Qui s’intéresse encore aujourd’hui à la transmission de la Religion du Verbe ? Cette mémoire qui s’effiloche est pourtant bien la mémoire universelle de la nature humaine. Que désire le système actuel ? (rappelons que nous sommes entrés dans une psychopathologie de la perversion)
 

1 Provoquer un changement de mémoire
 

2 Provoquer l’oubli par détournement (sens des mots, symbolique des mots)
 

3 Détruire les conditions du souvenir et de la conscience. Or la mémoire archétype qui vient de la Création ne peut être détruite. Auquel cas elle amène à la mort de l’homme.
 

S’il vous plait, chers lecteurs, réveillez-vous car la mémoire génétique de la nature humaine est à l’image de Dieu alors que la séduction dans notre monde est une arme de désintégration de la Foi.
 

Et le changement de mémoire auquel nous assistons en vue d’éclipser la mémoire originelle, s’opère en vagues successives, presque à notre insu : changement de la dénomination de nos lieux géographiques, modification des dates dans les calendriers, modification des rythmes musicaux, désacralisation des lieux sacrés, perte du sens du Dimanche,…) Toutes ces pertes de repères entrainent à la fatigue, à la perte identitaire, à la chute de l’immunité physique, au burnout, aux cancers, à toutes les formes de maladies du monde moderne.
 

Il n’y a plus de possibilités du rappel au cordon ombilical qui est censé nous relier au Jardin d’Eden, le lieu de notre création.
 

Mon Dieu, puisse l’homme ne pas vous oublier !
 

Puisse l’homme se rappeler que sa mémoire originelle contient les principes archétypaux du futur à connaître.

 

L’importance du désert dans le cheminement de l’homme dans sa foi
 

« Vous êtes le sel. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi va-t-on le saler ? Il n’est plus bon à rien qu’à être jeté dehors, foulé aux pieds par les gens. » (Mt 5 13).

Aujourd’hui qui ose porter l’étendard de la Foi ostensiblement? Au principe de l’égalité, de la fraternité et de l’égalité, il faut « faire » tiède, plaire à tout le monde.
 

Nous vivons un temps comme celui de saint Jean Baptiste, la voix qui criait dans le désert. Mais qu’est-ce que le désert si ce n’est la partie de nous-même à devoir traverser pour nous retrouver fécondé. Trop de sel va rendre le sol aride, un sel bien dosé apportera l’équilibre dans la foi. Faut-il rappeler ce qui arriva à la femme de Tobie qui n’écouta pas le conseil et qui se retournant pour voir Sodome en feu se retrouva changée en statue : Genèse : « Debout, quittez ce lieu car Yahvé va détruire la ville 19 14… Sauve-toi, ne regarde pas derrière toi et ne t’arrête nulle part dans la plaine 19 17… Yahvé fit pleuvoir sur Sodome du souffre et du feu, il renversa ces villes et toute la plaine avec tous ses habitants des villes et la végétation du sol. Or la femme de Lot regarda en arrière et elle devint une colonne de sel. » 19, 23.
 

Après le temps du Déluge, celui de Noé, il nous faut nous préparer au temps du Feu, par la Nouvelle Arche d’Alliance cette fois Apocalyptique et ce par la Vierge Marie.
 

Pourquoi ne pas prendre au vol l’interpellation actuelle portant sur la pyramide de Giseh. Pourquoi tout ce remue-ménage très médiatique autour d’une représentation visible et tangible d’une construction parfaite en ces temps troublés que nous vivons et où les excès architecturaux du monde moderne ramènent à un nouveau Babel. Dans un premier abord hélas, il faut pour que le regard de l’homme se pose, une construction visible, tangible et parfaite pour que ce dernier puisse accéder à l’invisible qui sous-tend toute architecture visible. Nous pensons que cette grande pyramide est un signe Divin contenant un alphabet de l'histoire humaine qu'il nous faut découvrir. Une construction pyramidale plantée là dans un décor de désert, celui de notre ignorance. Un monument qui défie les âges fait de pierre qui symbolise la vérité de l’origine de la Création. Mais elle symbolise également une vérité à la portée de la raison humaine, inscrite dans l'histoire de l'homme qui se divinise en Dieu son créateur après sa chute adamique, celle du jardin d’Eden.
 

Aujourd’hui il nous faut rationnellement oeuvrer à ce retour céleste dans l’unique condition de retrouver la pierre d'angle.
 

Car notre temps actuel voit se faire décapiter tant de têtes. Un besoin de mort porté pas certains afin d’étêter, de couper la circulation entre la tête et le cœur, c’est-à-dire par le cou, colonne Mariale. Cette pyramide de Giseh au cœur de tant de questionnement à elle aussi été décapitée de son sommet, un sommet appelé le pyramidion qui lui-même vit son original remplacé par une copie.

Nous sommes en total symbolisme de la forme. Evincé le vrai pyramidion pour le remplacer par une autre représentation nous conforte sur la mise en garde de Dieu : « Jésus ajouta : N’avez-vous jamais lu dans les Ecritures : la pierre qu’ont rejeté les maçons est devenue la pierre d’angle ; c’est l’œuvre du Seigneur, et c’est merveille à nos yeux. C’est pourquoi je vous le dis, le Royaume de Dieu vous sera ôté, et sera donné à un peuple  qui en produira les fruits. Celui qui trébuchera sur cette pierre s’y brisera, et celui sur qui elle tombera, en sera écrasé. » Mt.21, 12


Oui, les constructions de l’homme s’effondreront mais seul l’œuvre de Dieu traversera les âges.

Quelle symbolique ! Une décapitation de pierre qui rappelle celle de saint Jean Baptiste et celle des martyrs de notre temps. Et puis, il faut pour ce monde moderne, décapiter la Mémoire de Jésus Christ !
 

Or, si la Vierge Marie est venue visiter ce monde, elle le fit depuis les hauteurs comme à La Salette, au Laus, à Medjugorje. Puis en moyenne terre, comme à Lourdes, comme à Banneux, comme à Beauraing. Et comme les hommes ne se convertissaient pas davantage, elle descendit même jusqu’à la plaine comme elle le fit à Bordeaux.
 

Et si nous revenons à l’image de la pyramide de Cheops, nous voyons qu’elle comporte trois chambres, comme pour y accueillir la Sainte Trinité dont une chambre haute totalement parfaite dans sa construction. Notre temple comme nous l’écrivions plus haut est à rechercher à l’intérieur de nous-même par le Père, par le Fils et par l’Esprit-Saint. Nous-mêmes, construction du Père.
 

Saint Pierre nous illustre sur ce point: « Approchez-vous du Christ, la pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie, précieuse aux yeux de Dieu. Vous-mêmes comme pierres vivantes, prêtez-vous à l’édification d’un édifice spirituel, pour un sacerdoce saint, en vue d’offrir des sacrifices spirituels agréables à Dieu par Jésus Christ. Car il y a dans l’Ecriture : Voici que je pose en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse, et celui qui se confie en elle ne sera pas confondu. »1 P 25.


Aujourd’hui le Christ semble étêté dans sa dimension. A nous de le restaurer dans sa Royauté.
 

Ne soyez pas étonnés de voir citée ici la notion de Transfiguration. Car tout ici fait référence à la pierre, à l’élévation et à la lumière (voir plus loin).
 

Lors de la Transfiguration sur le Mont Thabor, avec Pierre, Jacques et Jean ne retrouve-t-on pas la symbolique de la connaissance parfaite. Avec Moïse le sens même du concept du mot et de la Vérité, avec Notre Seigneur Jésus Christ la valeur du Sacré et enfin avec Elie, le sens de la Charité. Et la position physique des trois Apôtres au Mont Thabor devrait nous instruire.

« Vous êtes la lumière du monde » (Mt 5 14)
 

Aujourd’hui les questions fusent. Pourquoi l’extermination des espèces, pourquoi l’avancée des déserts, pourquoi les tremblements de terre, les éruptions volcaniques ? Tous ces cycles évoluent-ils ou constituent-ils un message adressé par Dieu à l’homme ?
 

Si la liberté a été donnée à l’homme, elle consiste en un merveilleux cadeau  pour la conversion et la fidélité à son Créateur. Par contre mal gérée, elle peut devenir un danger, une errance, pour celui qui quitte son sens de vie.
 

La perfection de Dieu
 

Nous ne voulons pas surfer sur la mode et les raccourcis concernant cette pyramide. Mais Dieu donne peut-être à travers cette construction un repère, une architecture visible et lisible, un signal pour la conversion des hommes, voire un avertissement, voire une mémoire, voire un avenir. Une construction parfaite dans ses normes physique, mathématique et géométrique. Bref dans la perfection même de Dieu.

Une chanson de Jean Ferra dit : « Que ferai-je sans toi ». Une nouvelle liberté est donnée dans le « toi ». Toi gsm, toi facebook, toi wikipedia, toi internet ou TOI mon Dieu que j’adore.
 

Il faut choisir.
 

Combien de personnes ne vivent-elles pas avec internet dans la poche, combien de personnes n’existent-t-elles pas à travers face-book, à travers un inter face fictif, artificiel. Et maintenant ? L’intelligence artificielle va-elle proclamer un nouvel homme ? Quel rappel dans la Genèse : « Tout le monde se servait d’une même langue et des mêmes mots ». (Babel : Ge 11 1) Rappelez-vous ce qu’il est arrivé !
 

Aujourd’hui, toutes les formes de communications sont développées en parallèles, avec une origine électrique et sous un œil artificiel, robot invisible. Elles se sont coupées de la source qui est en nous. Nous dépendons désormais, si nous n’y faisons pas attention, d’une source artificielle. Et que dire de la finalité de nos communications internet. A qui sont-elles destinées ?
 

L’émetteur n’est-il pas Dieu en nous et ne sommes-nous pas l’élément intermédiaire de la transmission familiale, sociale pour le récepteur divin ?
 

Nous sommes constitués de quatre éléments : l’eau, l’air, le feu et la terre. Nous sommes donc dans ce que l’on pourrait appeler les quatre soleils. Mais nous nous dirigeons vers le cinquième soleil, le Christ Roi, aboutissement de notre mission d’être incarné pour le retour à Dieu. Un soleil qui brûlera nos quatre éléments pour purifier notre enveloppe charnelle et la rendre digne du Jardin d’Aden, pour le retour à la Maison du Père. Autrement dit, un temps absolu purifié du péché originel.


Comment se rappeler qui nous sommes
 

Comment renaître dans le sein de Dieu ? Car la Connaissance appartient à Dieu seul. Et deux voies sont offertes à l’homme pour y parvenir : celle du Temple ou celle de Satan.
 

Et quand nous parlons de Temple, il s’agit bien sûr, à l’exemple du Saint des Saints, de notre temple intérieur.
 

Des moyens existent pour le redécouvrir : le baptême, le Sacrement de Pénitence, la Sainte Communion.
 

Des saints peuvent nous réveiller, nous assister, nous amener à l’oasis de la découverte ou au recouvrement.
 

Nous choisirons dans le cadre de ces lignes qui  parlent d’urgence des temps de conversion, Marie des Vallées, dite Marie de Coutances, proche de saint Jean Eudes et âme expiatrice pour le temps de la Conversion Générale.
 

Cette âme dont on dit qu’elle sera la sainte du temps de la Conversion Générale nous apporte beaucoup d’éclairages pour illustrer nos propos précités.
 

Le temps actuel : « L’Esprit de Dieu aime cacher ses œuvres sous la cendre et la poussière, là où les hommes ne ressentent que mépris ou dédain. »
 

Le Cœur de Jésus : Comme pour les trois chambres cachées : « Le premier cœur de Jésus celui qui le fit descendre du Ciel, est l’amour. Le deuxième issu du premier, c’est la souffrance, le troisième issu de deuxième, c’est l’Eucharistie ».
 

Les trois Déluges annoncés : « Car il y a trois déluges qui sont tous trois tristes et qui sont envoyés pour détruire le péché. Le premier déluge est celui du Père Eternel qui a été un déluge d’eau, le second est celui du Fils qui a été un déluge de Sang ; le troisième est celui du Saint Esprit qui sera un déluge de feu. Mais il sera aussi triste que les autres puisqu’il trouvera beaucoup de résistance et quantité de bois vert qui sera difficile à brûler. Deux sont passés mais le troisième reste ; et comme les deux premiers ont été prédits longtemps avant qu’ils n’apparaissent, ainsi en sera-t-il du dernier dont Dieu seul connaît présentement le temps. »
 

Le rôle de la Sainte Vierge dans les temps annoncés : « C’est mon œuvre et ma passion. La fin en sera plus faite de consolations qu’on ne le pense, plus admirable qu’on ne le pense, et aussi elle sera plus faite de désolation qu’on ne le pense, plus terrible qu’on ne le pense, plus épouvantable qu’on ne le pense. »
 

Le rôle de la Création dans les temps annoncés : « Dans le monde entier apparaitra un soleil lumineux tel qu’on ne la jamais vu depuis l’éclat de la pièce où se passa la Cène et que l’on ne verra plus jamais jusqu’au jour du jugement dernier. »
 

Les quatre éléments, un appel au retour à Dieu : « Retire-toi terre, nous ne voulons d’autre terre que la Sainte Humanité (de Jésus Christ). Retire-toi eau, nous ne voulons que l’eau de la Sagesse Eternelle. Retire-toi air, nous ne voulons que le doux zéphir du Saint-Esprit. Retire-toi aussi ô feu, car nous ne voulons que les feux du Saint-Esprit et de l’Amour divin…. Celui que ma Divine Volonté conduit, dit le Seigneur, Elle n’y laisse rien d’humain. »
 

Que ne s’éteignent pas les Prophéties, ne rejetons pas les Prophéties ! Nous ne pouvons plus dire que nous ne savions pas, que nous n’avions pas été avertis.
 

Prophètes, stigmatisés, saints de Dieu, tous vous avez dit « oui » pour participer à la vie et à la Passion de Notre Seigneur Jésus Christ.
 

Car si nous avons pris l’exemple de la construction de la pyramide, nous pouvons l’illustrer par la pose d’alignements de briques et de murs à partir du sang et le la foi des hommes en leur Dieu Créateur. Combien de fois ne se pose-t-on pas les questions : « Et toutes les générations avant nous, à quoi ont-elles servi ? » « Et tous les martyrs d’avant, à qui servent-ils ? » « Quel sens donner à notre passage sur terre et pour nos ancêtres ? » « A quoi tout ce passé sert-il ? » « Pourquoi sommes-nous là ? » « Pourquoi les vocations religieuses diminuent-elles ? » « Pourquoi tant d’ordres religieux s’éteignent-ils ? »

Que d’erreurs de jugement ! Tout est devant nos yeux. Nous arrivons au faîte de la construction. Le savons-nous ? Y pensons-nous ?

Claire Ferchaud de Loublande nous éclaire : « Père, Mère, aïeux et vous bisaîeux en la génération la plus reculée, entendez la voix suppliante de votre sang et qui gémit. Parents que j’honore selon l’ordre de Dieu vous n’êtes cependant qu’un accessoire, un prêt de nom entre les mains de la Justice divine pour lui permettre de buriner en moi, l’effigie de sa croix. »

Tout est dit dans ces quelques mots sur notre questionnement existentiel : à quoi nous servons.

 

Le temps de la prière

La Vierge Marie est venue et nous visite dans les avertissements ultimes. Notre Dame de l’Arche Apocalyptique, comme une maman du Ciel, répète ses supplications : « Pénitence, prière, conversion ».
 

Elle nous encourage vers une voie royale pour nous sauver. Sans gps nous pouvons la trouver et nous y engouffrer : « Coeur Sacré de Jésus, Royauté de Jésus, j’ai Confiance en vous. Cœur Immaculé de Marie priez pour nous. »

 

Une flamme cachée en n’est que plus ardente (Claire Ferchaud et le Sacré Cœur de Loublande)

Cette religieuse qui implore le Ciel pour l’instauration de la Messe Perpétuelle nous livre son secret :
 

« Soyez le réveil de ma Croix sur le monde endormi »
 

Ne désespérons pas de notre mission. Ce que nous sommes en tant que pierre vivante appartient à Dieu.  Et la construction finale de la Maison du Père faite de rangées, d’alignements de généalogie sanctifiante, de saints, de martyrs, de stigmatisés est à notre portée selon la Divine Volonté.
 

Et notre temps ne peut être qu’éclairant car nous arrivons à la pointe de la construction, lieu d’accès à la Jérusalem Céleste !

Prière de la pierre vivante

« Ô Immaculée Vierge Marie, Splendeur Immortelle des Béatitudes de Dieu, Lumière et Sagesse des Pierres vivantes de Dieu.
Ô Arche et refuge des pêcheurs que je devienne, comme Vous, un foyer brûlant d’amour. »

Saint Jean Eudes et Marie des Vallées en Sainte Eucharistie

  Le chemin Marie ©25 février 2018 en la fête de Marie des Vallées

Copyright Chemin de Marie 2018

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now